Gros plan sur une grappe de cabernet franc

"Breton"

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il existe quatre théories expliquant le nom « BRETON » pour qualifier le principal cépage rouge du Val de Loire, appelé aujourd’hui « Cabernet Franc ».

Au XVIe et début du XVIIe siècle la puissante famille Le Breton, dont le père Jean Le Breton était régisseur des travaux du château de Chambord, et le fils, Claude Le Breton, secrétaire du roi aux Finances, ont largement fait planter ce cépage en Touraine et notamment dans la région de Chinon.

L’histoire la plus connue raconte que les vins de ce cépage étaient acheminés vers l’Angleterre par la Bretagne, et les Anglais appréciaient alors le Cabernet Franc sous le nom de vin breton.

D’ailleurs, Rabelais au XVIe siècle fait dire à Gargantua« J’entends de ce bon vin breton, lequel ne croît en Bretagne, mais en ce beau pays de Véron ».

Le Cabernet Sauvignon peut être associé au Cabernet Franc mais seulement dans une proportion inférieure à 10% de l’encépagement.

Cépage le plus planté au monde, les origines du cabernet sauvignon furent longtemps une énigme et donnèrent lieu à de nombreux mythes et interprétations. La véritable origine du cépage fut découverte à la fin des années 1990 grâce à des analyses ADN. Elles prouvèrent que le cabernet sauvignon était le croisement d’un cabernet franc N et d’un sauvignon B. Ce croisement aurait été fait par hasard au xvii e siècle. On suspectait cette origine non seulement par son nom mais aussi par le fait que les arômes typiques de ces deux cépages s’y retrouvent : l’arôme de cassis et de poivron vert du cabernet franc et le côté végétal du sauvignon blanc.